Kelly – Fondatrice, Productrice et Animatrice du podcast Fill’Expats


Mais qui se cache derrière cette voix et ce rire un peu particulier ?

Kelly Barichello, la trentaine et femme expatriée depuis 2012

L’histoire de Fill’Expats commence en Moselle, en 2007. 

Alors en fin de DUT, des rêves d’école d’ingénieur plein la tête, je me heurte à la réalité : mon niveau d’anglais ne me permettra pas d’intégrer l’une de ces institutions.

Face à mon désarroi, l’une de mes profs me conseille de faire un stage dans un pays anglophone et m’aide même à obtenir une place dans une école universitaire, à Wrexham, au Pays de Galles.

Le stage terminé, force est de constater que ni ma conduite à gauche ni mon niveau d’anglais ne se sont réellement améliorés. En revanche, cette première expérience à l’étranger me plaît énormément et je décide de prolonger mon séjour outre-Manche chez une cousine, à Cardiff. 

À mon retour, je sais que je ne passerai pas ma vie en France.

Je décide néanmoins de capitaliser sur mes progrès en anglais pour intégrer, en 2008, une école d’ingénieur en alternance, à Nancy, avec à la clé un stage à l’étranger. 

Après un échec au TOEIC (test d’anglais obligatoire pour l’obtention du diplôme), c’est décidé : pour ce stage, il va me falloir partir beaucoup plus loin. Quelque part où je ne trouverai pas (trop) de Français avec qui parler !

À force de persévérance, c’est finalement un Français expatrié aux États-Unis que je convaincs de m’accueillir dans son entreprise. En 2010, je m’envole donc pour 3 mois à destination de Chicago.

Malgré quelques difficultés de communication les premières semaines, je passe le meilleur été de ma vie !

De retour en France, je guette l’opportunité de repartir. C’est finalement en janvier 2012 qu’elle se présente. Désormais diplômée, je décroche l’équivalent américain du CDI dans l’entreprise pour laquelle j’avais réalisé mon stage. Je n’hésite pas une seconde et débarque outre-Atlantique avec toute ma vie dans un conteneur, et la ferme intention de m’y installer pour de bon.

Pourtant, mon American Dream commence rapidement à battre l’aile. « Vivre pour travailler », très peu pour moi ! J’aspire à travailler… pour vivre pleinement à côté. 

Au bout de 3 ans, une entreprise du groupe m’offre l’opportunité de m’expatrier à nouveau, au Canada cette fois, entre Toronto et les chutes du Niagara, en région anglophone. Je fonce !

Les années passent. J’adore le Canada. Je voyage et me découvre une passion pour les micro-brasseries. Mais voilà, après 6 ans dans le pays à la feuille d’érable, je ne me sens plus épanouie. Beaucoup de questions me taraudent, auxquelles j’ai du mal à trouver des réponses. Et la plus importante : comment tout lâcher pour m’expatrier encore une fois ? 

La solution m’apparaît finalement : pour trouver des réponses, je dois échanger avec d’autres femmes expatriées. Et pourquoi ne pas en faire profiter d’autres femmes avec les mêmes questions que moi ?

C’est ainsi que le podcast Fill’Expats est né !

Faire un changement de vie est effrayant… mais vous savez ce qui est encore plus effrayant ? Les regrets. – Paulo Coelho –

Et pour découvrir le récit de mon premier road-trip en solo au Canada, en Octobre 2020, ça se passe sur Osevoyageurseule.com. Tu y trouveras notamment mon travail de préparation, le détail de mon parcours et les émotions qui l’ont jalonné.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :